Au volant, quand vous regardez votre smartphone, qui regarde la route

Smartphone au volants dangers

Avec l’évolution technologique, notre mode de vie a complètement changé. Depuis notre téléphone, on peut tout faire, et on est connecté tout le temps où que l’on soit et à n’importe quelle heure. Toutefois, au volant, l’usage d’un smartphone est dangereux aussi bien pour soi que pour les autres. Il est impossible de se concentrer sur la route tout en ayant les yeux rivés sur ce petit gadget. Les dangers sont vraiment réels, et c’est pourquoi c’est interdit, et pas seulement en France, mais dans plusieurs pays.

Notre relation avec notre smartphone

« Fear Of Missing Out » en abrégé FOMO qui veut dire en français « la peur de rater quelque chose » est le besoin incontrôlable d’être constamment en relation avec autrui, d’être joignable tout le temps et d’être à l’affût des dernières actualités. En étant coupé du reste du monde, on est anxieux. Par conséquent, on est incapable de résister quand notre smartphone sonne ou vibre ou quand l’écran s’allume à l’arrivée message. Au moindre bip, on se jette sur notre téléphone. En Hexagone, les chiffres concernant l’utilisation du smartphone prouvent notre lien et notre emprise à cet objet connecté aux multiples fonctionnalités : lancer le GPS, écouter de la musique, naviguer sur le web, se rendre sur les réseaux sociaux… En ce moment, près de 25 millions de Français possèdent un smartphone, et chaque Français envoie 156 SMS en moyenne par semaine contre 19 SMS en 2009. Tellement il a bouleversé notre quotidien que près d’un tiers des Français l’utilisent en conduisant. Un conducteur sur deux n’hésite pas à décrocher son smartphone, qu’importe la situation de conduite or, la vigilance et le temps de réaction vont tout de suite diminuer, et c’est ce qui peut occasionner des accidents parfois très graves. Ainsi, les sanctions sont très lourdes pour l’usage du téléphone au volant. Aussi, c’est l’unique dispositif qui peut distraire un automobiliste en réunissant 4 sources de distraction :
Auditive : la concentration est détournée par ce que l’on écoute
Visuelle : la concentration est détournée par ce que l’on aperçoit
Physique : la concentration est détournée par ce que l’on est en train de faire
Cognitive : la concentration est détournée par nos pensées

Pass rousseau de Code Rousseau aborde ces thèmes dans les cours de code en ligne

Les dangers du téléphone au volant

L’usage du téléphone qui est devenu une pratique banale est dangereux au volant d’une 2 roues et d’une voiture. Plus de 50 % des automobilistes pensent que le smartphone est un vrai danger pour le conducteur, mais aussi pour les piétons et les cyclistes. En effet, un conducteur utilisant un téléphone au volant va moins se concentrer sur la route, devenir moins attentif à l’environnement routier et réagir lentement face à un imprévu. Aussi, il peut conduire de manière hésitante et ralentir subitement sans anticipation. Pendant la conversation téléphonique, le conducteur, qu’importe son âge et son habitude à utiliser ou non un portable, se focalise sur le devant de la route, regarde moins dans les rétroviseurs et sur les côtés de la voiture, oublie de s’arrêter au passage piéton et fait moins attention à la signalisation, aux piétons ainsi qu’aux autres usagers de la route. Également, il a tendance à avoir une traversée flottante et à diminuer les distances de sécurité, le tout accompagné d’une analyse altérée des situations. Ainsi, la voiture tend à ralentir légèrement, à mordre la ligne et à zigzaguer. Il faut savoir qu’écrire un SMS ou chercher une information sur web mobilise davantage la concentration et le regard que téléphoner puisque l’attention est portée le smartphone. Les mains et des yeux ne sont plus axés sur la route donc, vous aurez du mal à voir ce qui se passe à 20 ou 50 mètres. De plus, votre cerveau est ailleurs, il est davantage monopolisé par l’échange avec la personne à qui vous parlez.

Vigilance accrue pour les jeunes conducteurs

Les jeunes conducteurs qui viennent d’obtenir leur permis de conduire et qui roulent pour la première fois font en général très attention sur la route, mais le souci, c’est qu’ils oublient très vite les cours donnés dans l’école de conduite. En général, la première infraction qu’ils font est l’utilisation du portable au volant. Selon l’Association des sociétés françaises d’autoroute, près de 20 % des conducteurs affirment envoyer des SMS ou des mails tout en conduisant, et ce chiffre grimpe à 40 % pour les jeunes conducteurs entre 18 et 35 ans. Lors de la conduite automobile, 38 % des conducteurs regardent leur smartphone quand il émet un son : SMS, alertes, mails ou appel. Pour les moins de 35 ans, le chiffre monte à 67 %. Toujours connectés, ces derniers sont les plus coutumiers dans ces nouveaux comportements à risque. C’est vite devenu un réflexe. Pourtant, pendant les moments de distraction qui font quitter la route des yeux, ils n’aperçoivent plus les dangers et la signalisation, ils peuvent faire un écart de conduite et se retrouver dans un fossé ou heurter un véhicule arrivant de face. Le téléphone portable est très utile dans notre vie de tous les jours, mais il est essentiel de respecter les règles de sécurité routière pour soi et pour les autres. Gardez toujours en tête que le téléphone n’est qu’une distraction. Prépacode aborde tous ces sujets dans le détails

Les chiffres qui font peur

Une seconde d’inattention suffit pour provoquer des conséquences dramatiques. Le téléphone au volant est responsable de 5 % des accidents graves, de 30 décès par an et de plus de 2 500 accidents de la route. Conduire en ayant le téléphone portable en main est donc accidentogène. D’après les études, les risques de causer un accident sont multipliés par 5, car l’attention n’est plus portée sur la route. Lire ou écrire un message est tout aussi dangereux, et les statistiques le prouvent, car le risque est multiplié par 10. En écrivant un SMS pendant la conduite, le risque de provoquer un accident est multiplié par 23, car cela oblige l’automobiliste à détourner les yeux de la route pendant 5 secondes en moyenne. C’est confirmé, un accident de la route sur 10 est attribuable à l’utilisation du smartphone au volant et 16 % d’accidents mortels sur l’autoroute. Le risque maximal arrive au moment où l’automobiliste décroche son portable et où il se concentre pour l’allumer. En général, le temps de réaction de l’être humain est une seconde, et lors de l’usage d’un téléphone au volant, ce temps double. D’ailleurs, ce temps de réaction est plus long que celui d’un conducteur avec 0.8 g/l d’alcool dans le sang. 13 mètres, c’est la distance que l’automobiliste parcourt en une seconde à 50 km/h, et c’est la vitesse recommandée en ville. Donc, à 130 km/h, il fait 36 mètres. À cette vitesse, en 3 secondes, le temps de lire un message, 10 mètres sont parcourus. En dernier et pas le moindre, 0 % est la différence de taux de déviation pour esquiver un obstacle que le conducteur utilise ou non un kit mains libres. Ainsi, le kit mains libres ne réduit pas du tout les risques. Le constat est vraiment alarmant que la Sécurité routière ne cesse de faire des campagnes de sensibilisation. Lorsque vous êtes au volant, quand vous regardez votre téléphone, qui regarde la route ? Notez que conduire sans smartphone est réellement possible.

Selon la législation en vigueur

Les sanctions : Jusqu’au mois d’avril de l’année 2003, le Code de la route français n’indiquait pas encore l’utilisation du téléphone portable au volant, mais il signalait tous les comportements susceptibles de détourner l’attention du conducteur. Le 3 janvier 2012, le décret sur les nouvelles mesures de sécurité routière est paru. Il interdit l’usage d’un téléphone en main au volant que la voiture soit en circulation, dans une file ou l’arrêt devant un feu rouge puisque ce gadget change le comportement et la capacité de réaction. Si on vous verbalise à cause de l’usage d’un smartphone, l’amende est fixée à 135 euros avec en plus 3 points de moins sur votre permis de conduire suivant le Code de la route, notamment l’article R412-6-1 CR. L’amende est de 90 euros si vous la réglez dans les 3 jours, mais elle peut aussi être majorée à 375 euros. S’il y a une poursuite pénale, l’amende peut monter à un montant maximal de 750 euros. C’est aussi le cas si vous consultez ou manipulez votre téléphone portable, vous aurez les mêmes sanctions. Vous devrez aussi savoir qu’il est interdit de mettre dans votre champ de vision un appareil fonctionnant avec un écran et qui ne constitue pas une aide à la conduite ou à la navigation. Ce type d’infraction est sanctionné d’une contravention de 5ème classe d’un moment de 1 500 euros maximum et d’un retrait de 3 points du permis de conduire. Il est possible que l’appareil soit saisi par les forces de l’ordre et définitivement confisqué suite à une condamnation par le tribunal. Pour les vélos, il n’y a pas de perte de points sur le permis de conduire, mais seulement la contravention avec une amende de 135 euros. Mais même si le téléphone au volant est sévèrement verbalisé, son usage pendant la conduite a malheureusement augmenté de 17 % l’année 2017.

Des mesures renforcées pour l’année 2019 : Afin d’intensifier la sanction concernant l’usage du téléphone portable au volant, pour 2019, le gouvernement a annoncé que les conducteurs qui dérogent à cette règle du Code de la route se verront retirer directement leur permis de conduire. La sanction est plus sévère afin que les automobilistes prennent davantage en compte les risques. Même en arrêt avec le moteur éteint, il est interdit de toucher au téléphone portable. Un automobiliste garé sur le côté d’un rond-point avec les feux de détresse allumés pour passer un appel sera également sanctionné. Tout conducteur qui n’est pas en mouvement, mais qui reste sur la voie de circulation est donc en infraction. Cependant, il y a 2 exceptions, l’infraction ne concerne pas le conducteur utilisant son téléphone sur une place de stationnement. Il est dans sa voiture, mais il n’est pas sur la voie de circulation, ce n’est donc pas une situation à risque. Tel est aussi le cas pour le conducteur utilisant son portable si le véhicule est en panne, car c’est un cas de force majeure afin de sortir de cette situation.

Les kits mains libres : Depuis le 1er juillet 2015, pour tout conducteur d’un véhicule en circulation, le port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre un son à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité est interdit. Cela concerne les oreillettes, les écouteurs et les casques pour écouter de la musique ou pour téléphoner, et c’est destiné à tous les conducteurs de voiture, de moto, de camion, de scooter, de cyclomoteur ou de vélo. Seuls les systèmes intégrés aux véhicules ou aux casques de moto sont tolérés, car le conducteur n’a rien dans l’oreille et ne tient pas le téléphone dans sa main lors de la conduite. Aussi, les appareils pour la formation à la conduite sur un deux-roues motorisé ou employés par les véhicules d’urgence sont autorisés.

Le Bluetooth : Les situations urgentes comme prévenir d’un retard à un rendez-vous, appeler pour dire que vous ne pouvez pas venir prendre les enfants… demandent l’utilisation du smartphone au volant. L’utilisation d’un kit mains libres ou des oreillettes pendant la conduite est interdite par la loi, mais non pas le fait de téléphoner au volant via le Bluetooth qui ne demande pas un dispositif dans l’oreille pour permettre de retransmettre une conversation téléphonique dans les enceintes de la voiture. Vous pourrez donc utiliser ce dispositif de communication avec haut-parleurs pour une connexion sans fil via le mobile. Un kit Bluetooth permet de passer des appels et de parler à vos interlocuteurs tout en ayant les mains sur le volant et en restant connecté à l’environnement de la conduite. La plupart des voitures récentes sont équipées de cette technologie directement sur l’écran tactile ou l’écran de bord avec un système de haut-parleur. Les GPS proposent également cette fonctionnalité, certains avec une reconnaissance vocale. Avec cette dernière, il suffit de dire le nom de la personne à contacter, et le smartphone compose pour vous son numéro.

Sécurité routière : les méthodes pour ne pas toucher le smartphone au volant

Le Conseil national de sécurité routière n’a pas voulu interdire complètement l’utilisation du téléphone portable au volant tout en se reprochant que les automobilistes n’aient pas conscience du danger. Mais des efforts de sensibilisation sont faits afin de rappeler la dangerosité des portables sur les routes. Il incite également à appliquer les méthodes suivantes pour ne pas toucher le téléphone portable pendant la conduite automobile.

L’éteindre ou le mettre hors de portée : La première règle pour une conduite responsable est d’éteindre carrément le téléphone. Du moins, mettez-le en mode « avion », sur messagerie ou en mode « silencieux » avant de prendre le volant. Vous pourrez également mettre votre téléphone portable dans le coffre de votre voiture pour éviter d’être dérangé pendant la conduite. D’ailleurs, cela éloigne les vols à la tire. Mais vous avez aussi la possibilité d’anticiper un coup de fil urgent avant de rouler ou de déléguer si vous êtes accompagné en demandant à la personne à côté de vous de prendre la communication.

En mode conduite : Vous pourrez aussi passer en mode « conduite ». Quand cette application téléchargeable sur Android est activée, c’est elle qui répond quand vous conduisez. En effet, votre téléphone se met en mode « veille » et un message de prévention est transmis aux gens qui tentent de vous joindre. Si vous utilisez un smartphone sous iOS, l’iPhone détecte automatique lorsque vous conduisez et empêche les notifications. Toutefois, il faut activer la fonctionnalité « Ne pas déranger en voiture ». Sous Windows Phone, vous pourrez activer le mode « Conduite ».

Faire une pause : Pour répondre à un appel, pour écouter vos messages vocaux, pour lire ou envoyer un SMS ou pour téléphoner, faites une pause en vous garant dans un endroit adapté et sécurisé pour vous et pour les autres. Trouvez une aire de repos, une place de stationnement ou un parking. Si vous êtes sur l’autoroute, arrêtez-vous sur une aire aménagée, mais jamais sur les bandes d’arrêt d’urgence. Au cas où vous avez constaté un accident de la route, appelez les secours à l’arrêt et en lieu sûr.

Non au kit mains libres : Vous pensez à votre kit mains libres ? Sachez que l’utiliser est tout aussi dangereux que téléphoner sans. Ce qui est le plus risqué n’est pas le fait de tenir le téléphone en main, mais la distraction provoquée par la conversation. Concentrer à discuter avec la personne à l’autre bout du fil, vous ne vous focalisez plus sur la conduite. Cependant, vous pourrez parler avec votre passager, car il est dans la voiture, et il pourra adapter sa conduite à l’arrivée de tout événement contrairement à une personne éloignée qui ne peut rien faire.

 

Les fiches du permis moto  pass Rousseau moto ainsi que le pack ultime test code de la route aborde égalent le sujet si délicat des règles d’or d’une bonne conduite.

Les commentaires sont fermés.